Pratique
Passez sur les icones
pronote.gif
calendrier.gif Dictionnaire en ligne Pour nous contacter
Les programmes des cinémas par ici WebRadio.png Phase actuelle de la Lune - Lien vers le ciel de ce soir - ciel du mois.

 

Membre

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 663 membres


Connectés :

( personne )
INFO C.D.I

- Toutes les infos du CDI   Portail en ligne du CDI

- Outils et jeux pour apprendre et réviser  Camaleo

 - Ce que je peux faire au CDI (6e/5e)

 - Ce que je peux faire au CDI (4e/3e/CAP)

Voyage en INDE - Dernière étape de notre périple au Tamil Nadu

Le dernier week-end s'annonce. Nous quittons Chidambaram en fin de matinée et route south !


La « grande » route quitte Pondichéry dans un flot et un brouhaha incroyable ! Toujours une foule de gens, avec ou sans véhicule le long de cet axe fondamental. Ramesh excelle toujours à se jouer des pièges de la conduite indienne, normal pour un chauffeur indien !

On s'enfonce dans un paysage plus vert encore. Le vert des rizières ou des plantations de ces arbres dont on fait ici des perches à tout faire, y compris les échafaudages des constructions.

On verra des zones humides qui sont en attente, d'autres qui sont labourées par les tracteurs "spécialisés rizières" (pas de pneus à l'arrière mais des espèces de « roues à aube » plus adaptées à la boue), enfin certaines que les cohortes de femmes repiquent déjà de jeunes plants de riz.


La mousson est en train de s'installer et détrempe les chemins. On roule parfois dans la gadoue, poussant les vélos et les marcheurs à se débrouiller sur les cotés !


C'est vendredi que nous rencontrons 150 élèves de « secondary schools », les équivalents de nos collèges. Ils sont là, installés au sol d'une salle patronale... En uniforme, très chics, finalement ! Augustin a nous a concocté un défi plastique : mêler Indiens et Français pour bâtir une structure faite de rebuts rassemblés depuis plusieurs semaines.

Quatre heures de joyeux boulot pour un arbre symbolique qui montre un côté vert et vivant et un côté gris, malade de la pollution ! Dans la détermination, on arrive à nos fins ; ça a de l'allure ! On a réussi !

Le préfet est invité... une professeur de l'université est présente, la presse et la télé arrivent et fixent l'évènement !


Samedi et dimanche, journées de réflexions et de discutions avec quelques quarante enfants des environs, réunis par INDP en une « night school ». Leurs familles ont accepté qu'ils soient présents deux jours complets et qu'ils puissent manger et dormir au centre...

Disposés tout autour de la grande salle, assis au sol sur des nattes. Au centre, une mise en condition à l'indienne avec pétales de fleurs, encens et kolams dessinés.

Nous aborderons tout plein de sujets comme la séparation garçons/filles, les relations enfants/parents/groupe social/village, le travail des enfants et leurs droits en général. Nous commenterons nos travaux côté français sur l'expression de nos droits ou l'importance de certains aspects de notre environnement ! Nous apporterons des objets, des dessins, des poèmes, des cadeaux. Nous confronterons notre vision et nos idées avec ces jeunes indiens. Augustin anime les échanges, Roubha aide à la traduction.

Ici, les choses se font avec le corps, et chants et danses ponctuent nos propos ! Un groupe autour d'Uma, une chanteuse qui nous séduit par sa sensibilité et son talent, un animateur-chanteur d'INDP et 2 musiciens, au tambour et au hautbois indien... Quelle ambiance parfois ! On connaissait la chanson "VIRILLé" et on devient fans de "MARY POTé", le tube de notre camp international ! Des garçons osent se lancer dans la danse, puis des jeunes filles. Nous nous joignons à eux bien volontiers.

On aura aussi effectué deux rondes bretonnes ! ...

Le dimanche après-midi est réservé aux ateliers manuels : tant pis s'il nous manque quelques mots en anglais, les différentes équipes se lancent au travail : jeux des mains et des esprits, pliages et construction de fusées à eau. Les jeunes sont en arrêt devant le liège des bouchons ! Langage des mains et imitations, rires et chansonnettes...

Avant le crépuscule, on se retrouve dehors pour tâcher de faire voler nos fusées. On crie, on rit, on cause, on s'embrasse. Faut se quitter, les jeunes repartent chez eux. Nous devons pour notre part ranger : demain nous quitterons Karaïkal et mettrons un terme à cette expérience de partage, unique, hors du commun, inoubliable !

Michel Quillivic


Date de création : 28/11/2009 • 16:51
Dernière modification : 28/11/2009 • 16:56
Catégorie : Voyage en INDE
Page lue 3832 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Les autres nouvelles
Recherche



Vie de l'établissement
INFO U.N.S.S
INFO T.I.C.E
----------------------------------------------------
* * *

 

W3C CSS Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons
^ Haut ^