Pratique
Passez sur les icones
pronote.gif
calendrier.gif Dictionnaire en ligne Pour nous contacter
Les programmes des cinémas par ici WebRadio.png Phase actuelle de la Lune - Lien vers le ciel de ce soir - ciel du mois.

 

Membre

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 662 membres


Connectés :

  membresmcezac
INFO C.D.I

- Toutes les infos du CDI   Portail en ligne du CDI

- Outils et jeux pour apprendre et réviser  Camaleo

 - Ce que je peux faire au CDI (6e/5e)

 - Ce que je peux faire au CDI (4e/3e/CAP)

VISITES - Bienvenue chez les cochons

DSCN0373.jpgUn métier d'homme ?

Un élevage de cochons, c'est la visite que la classe de 3è2 a faite pour illustrer le thème des a priori concernant les sexes et les métiers.

 

La porcherie des Bordes, près d'Antran, dans le nord de la Vienne, est dirigée par Céline SERGENT. Elle est tombée dans la marmite quand elle était petite puisqu'elle fait le même métier que son père. Elle a choisi ce métier à risque car selon le cours du porc, les revenus peuvent varier énormément.

Les élèves vous racontent leur visite, leurs impressions, leur ressenti (au sens propre) de cette matinée riche en odeur, et en goût.

 

Alicia :

Le vendredi 12 octobre, nous sommes allés voir un élevage de cochons.

Nous sommes partis à 9 h00 et revenus à 14h00. Nous avons appris que les cochons avait un nom chacun. Pas un nom propre ! impossible de retenir autant de noms ! Pour les femelles, ont dit une truie. Pour les mâles, c’est des verrats, et les bébé sont des porcelets. Les truies qui sont maman, c’est les cochettes.

Nous avons aussi appris que les femelles portent leurs bébés pendant 3 mois 3 jour. Elle peuvent avoir une portée de 10 a 12 porcelets, voire 25 !   Après la présentation de madame Sergent, nous nous sommes changés : sur-chaussures, une charlotte ou un bob et un tablier pour ne pas sentir l’odeur de cochons et pour ne pas emmener des microbes aux cochons car ils sont très fragiles.

La visite a commencé par les porcelets. J’avoue, j’ai craqué. Les porcelets sont tout petits. ils se sont bagarrés pour savoir qui sera le chef.

Ensuite nous avons vu les gros cochons, franchement je les croyais plus petits et moins gros. Ils étaient énormes : 300 kilos ! Après nous avons vu d'autres cochons femelles, elles allaient accoucher dans 3 jours. Puis nous sommes allés voir les 2 bacs à  excréments à l'extérieur*. Après on a croisé 2 moutons. On les a surnommés Karim et Alicia pour les embêter et on a vu 3 chevaux. Ensuite on est allé voir d’autres cochons qui n'avaient pas la même alimentation. Il y a 3 aliments et 3 étapes. Je ne me souviens plus de la 3éme étape... c’est l’engraissement et après, leur avenir, c’est l’abattoir. 

Nous avons fini la visite, direction le lavabo et les toilettes et enfin nous avons dégusté du jambon de Bayonne. Il était très bon, tellement bon que j’en ai pris 3 fois. Enfin, nous sommes rentrés direction l’autoroute.

            
Merci à Madame Sergent !

 

* C'est là, au sud des bâtiments : les excréments des animaux tombent à travers la grille du sol et sont acheminés dans ces grands réservoirs.

DSCN0365.jpg

 

Alexandre : Vêtements de protection obligatoires !

Avant la visite de la porcherie, vêtements obligatoires. Blouse et charlotte pour tout le monde parce que les cochons sont sensibles aux bactéries.
 

DSCN0337.jpg

 

Claude :


J’ai  appris comment on élève les cochons et quand il y a des petits, ils partent à 6 mois pour l’abattoir. Une  truie peut avoir 10 à 12 petits. Dans l’exploitation ou on a été, une truie a mis bas une fois 25 petits !

J’ai aimé les porcelets quand ils se battent pour montrer qu’il y a un mâle dominant. 

Je n'ai pas aimé quand les cochons s'agitaient, je croyais qu'ils allaient sortir quand on rentrait.


L'odeur était infecte parce que ça sentait trop fort et ils font leur besoin n’importe où et c'est horrible parce qu'on marche dedans.


Des métiers « réservés » aux hommes ? Avec l’évolution maintenant, les femmes peuvent faire des travaux plus physiques parce qu'il n’y a pas besoin de force grâce aux matériaux et aux nouvelles techniques.
 

Céline Sergent qui dirige la porcherie

DSCN0367.jpg

 

Donovan :

J’ai appris qu’on doit se laver avant  d’entrer pour ne pas amener les maladies et on doit se relaver en sortant pour éviter l’odeur.

J’ai aimé voir les porcelets,  sortir dehors et goûter le jambon de Bayonne.

Je n’ai pas aimé l’odeur !

Des métiers « réservés » aux hommes ? Oui parce que les filles ne veulent pas se salir* et dans certains métiers, il faut beaucoup d’endurance et de force.

*Note des professeurs : avec une tenue adaptée, madame Sergent se débrouille très bien.

L'arrivée / Les silos de nourriture
DSCN0313.jpg

 

Filipe :

J'ai appris qu’une truie pouvait mettre bas  25 cochons (au maximum) et comment prendre les petits cochons par les pattes.

J'ai aimé les petits quand il se battaient et le jambon de Bayonne que nous avons dégusté à la fin.

Je n'ai pas aimé l'odeur !

Des métiers « réservés » aux hommes ?  Oui, il y a la maçonnerie car c’est très physique.
 

Deux truies qui sont pleines et qui attendent pour mettre bas

DSCN0382.jpg

Jessy :

J’ai appris qu’il fallait être propre. C’est une règle très importante. J’ai aussi appris que les porcs pouvaient avoir 25 porcelets (c’est arrivé une fois dans la porcherie). Sinon, la moyenne, c’est 12.

J’ai aimé toucher les porcs, les prendre dans mes bras et manger le jambon de Bayonne smile J’ai tout aimé, même l’odeur !
 

Des métiers « réservés » aux hommes ?  Oui il y a des métiers faits pour les hommes comme maçon. Ce métier est très physique, même un peu trop pour les femmes. 

 

La naissance d'une vocation ?

DSCN0370.jpg

 


Mélanie :

J’ai appris à connaitre davantage le métier d’éleveur de porcs.

J’ai aimé visiter cet élevage. J’ai beaucoup aimé découvrir les conditions dans lesquelles Céline Sergent traivaille.

Je n’ai pas aimé l’odeur.

Des métiers « réservés » aux hommes ?  Non parce que maintenant même les femmes peuvent faire les métiers plus durs car il existe des machines pour compenser la force physique.

 

Sony :

J'ai appris qu’elle élevait jusqu'à 1700 porcs et qu’ils pesaient 350 kilos.

L’odeur ne m'a pas dérangé. Je m'y suis vite habitué.

Mais je n'ai pas aimé que les porcs finissent à l’abattoir !



DSCN0374.jpg

 

Toutes les photos pour finir

jambon_bayonne_entier_os.jpg


Date de création : 19/10/2012 • 11:08
Dernière modification : 23/12/2012 • 09:22
Catégorie : VISITES
Page lue 2728 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Les autres nouvelles
Recherche



Vie de l'établissement
INFO U.N.S.S
INFO T.I.C.E
----------------------------------------------------
* * *

 

W3C CSS Skins Papinou © 2007 - Licence Creative Commons
^ Haut ^